Syndicat Mixte des Vallées de l'Orb et du Libron

prenons soin de notre territoire

enjeux et objectifs
écologie des milieux : Morpho écologie

Des altérations hydromorphologiques héritées des aménagements et des activités du passé …

Les extractions massives de matériaux alluvionnaires (années 60 et 70) ont provoqué des altérations quasi irréversibles du fonctionnement hydromorphologique : abaissement des profils en long (2 à 4 m) et des niveaux piézométriques de la nappe alluviale, érosions régressives et déstabilisation des berges ; les secteurs concernés sont la Mare aval, l’Orb d’Hérépian au Poujol et de Réals à Béziers, ainsi que les parties aval du Vernazobres et du Taurou, le Bitoulet à Lamalou, le Vèbre à Bédarieux. D’autres modifications hydromorphologiques sont dues aux aménagements lourds réalisés pour la lutte contre les inondations, principalement sur l’Orb entre l’amont de Béziers et le débouché en mer ; le réseau secondaire a également fait l’objet d’interventions drastiques de recalibrage et de confortement de berges : parties aval du Taurou, du Lirou. Le Libron a quant à lui subi de multiples rectifications et des endiguements. Ces aménagements se sont soldés par des dégradations notables de la qualité physique et biologique des cours d’eau. Par ailleurs, le bassin Orb – Libron comporte 150 seuils ou barrages, pour des usages divers. L’ouvrage le plus impactant du point de vue hydromorphologique et écologique est le barrage des Monts d’Orb : cloisonnement total du cours d’eau, perturbation de la dynamique naturelle de transport solide. Une forte densité d’ouvrages est présente sur l’Orb entre Avène et la Mare, sur la Mare, le Jaur, le Vernazobres et le Libron. La majorité est équipée de dispositifs de dérivation gravitaire, à usage agricole ou pour l’arrosage des jardins des particuliers ; de nombreux ouvrages sont dégradés ou n’ont plus d’usage. D’autres servent à la protection de ponts, ou, sur la moyenne vallée, au maintien de la nappe alluviale de l’Orb sollicitée pour l’AEP. Les altérations hydromorphologiques des cours d’eau du bassin, en impactant directement les fonctionnalités naturelles, compromettent le respect des objectifs de bon état.

 … qui affectent les potentialités biologiques des cours d’eau

 Le bassin se caractérise dans l’ensemble par de bonnes potentialités biologiques, notamment pour les grands migrateurs amphihalins (anguille, alose, lamproie marine) et une très grande diversité piscicole. Mais ces potentialités sont compromises par les altérations hydromorphologiques et les obstacles à la continuité écologique. A l’exception du tronçon de l’Orb en amont du barrage des Monts d’Orb et de la partie amont du Vernazobres, le fonctionnement naturel est perturbé, à des degrés divers ; les principales pressions en cause sont :
 – l’influence du barrage des Monts d’Orb jusqu’à Bédarieux, alors que ce secteur présente de fortes potentialités piscicoles et des habitats diversifiés ; le barrage constitue un cloisonnement total du fleuve préjudiciable pour la migration de la Truite fario ;
 – l’impact des extractions de matériaux sur l’Orb entre Hérépian et le Jaur et en aval de Thézan-les-Béziers : création de zones lentiques artificielles favorisant les cyprinidés d’eaux lentes et les carnassiers ;
– sur l’Orb médian, l’impact des lâchures de Montahut et des prélèvements en eau de surface ou en nappe, d’autant plus dommageable que les potentialités biologiques sont remarquables, en particulier à l’aval de Cessenon ;
 – sur le Libron : le caractère temporaire du cours d’eau, les pollutions et les altérations hydromorphologiques.