Syndicat Mixte des Vallées de l'Orb et du Libron

prenons soin de notre territoire

enjeux et objectifs
qualité des eaux : état des lieux

Qualité des milieux et problématiques liées aux pollutions

Etat des milieux aquatiques et évolution

Etat écologique et chimique des cours d’eau

La partie amont de l’Orb (en amont de sa confluence avec le Jaur) présente un état écologique variant entre bon et moyen au cours des dernières années. Sur la station localisée au Poujol-sur-Orb, l’indice Poisson est régulièrement déclassant ; précisons toutefois que cet indice n’est pas calibré de manière optimale pour les cours d’eau de tête de bassin versant. Une tendance à l’eutrophisation et aux proliférations végétales est aussi mise en évidence. Sur ce linéaire de l’Orb, la présence de plusieurs micropolluants métalliques est régulièrement détectée dans les analyses : Arsenic en particulier mais aussi Zinc, Plomb, Mercure. Les suivis réalisés sur les affluents de cette partie amont (notamment la Mare) fournissent des résultats similaires : indice Poisson moyen, tendance à l’eutrophisation et présence de mercure notée en 2010.
Le Jaur, bien que présentant aussi une tendance à l’eutrophisation, offre un état écologique et un état chimique généralement bons sur les dernières années. La présence de mercure est toutefois révélée sur ce cours d’eau en 2010.
Sur sa partie médiane (entre sa confluence avec le Jaur et l’amont de Béziers), l’Orb présente un état écologique bon à moyen, les déclassements étant majoritairement liés aux paramètres biologiques (indices Poisson et Diatomées). L’état chimique des eaux est aussi jugé bon, bien que la présence de métaux lourds dans les sédiments et de pesticides ait pu être décelée.
Sur l’Orb en aval de Béziers, la station de Villeneuve-les-Béziers affiche un état écologique moyen, toujours lié à un état biologique dégradé (indices Poissons, Invertébrés et Diatomées). Bien qu’une amélioration de l’état chimique semble se dessiner sur les dernières années (état bon en 2009 et 2010), la présence de plusieurs micropolluants (notamment des Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques ou HAP) est régulièrement notée sur ce tronçon. Parmi les affluents aval de l’Orb, le Vernazobre est le plus préservé quant à la qualité de ses eaux. Il présente en effet un état écologique bon à moyen (déclassé sur les dernières années par l’indice Diatomées). La présence de pesticides a toutefois été mise en évidence sur ce cours d’eau.
Le Taurou et le Lirou, s’écoulant essentiellement dans la plaine du Biterrois, présentent quant à eux un état dégradé (moyen à mauvais), tant du point de vue écologique que chimique. Les paramètres en cause sont principalement la biologie, les nutriments (matières azotées et phosphorées), l’oxygène dissous et, pour le Lirou en 2010, le cuivre. Ces deux cours d’eau présentent aussi une tendance à l’eutrophisation. L’état chimique du Lirou (absence de données pour le Taurou) est aussi mauvais sur les dernières années. Les micropolluants impliqués sont les pesticides et les HAP. SAGE Orb – Libron
Enfin, sur le Libron, l’état écologique est moyen à mauvais (matières azotées et phosphorées, oxygène dissous, tendance à l’eutrophisation). L’état chimique est aussi dégradé sur les dernières années, notamment du fait de la présence de TBT (tributylétain cation) et de pesticides.
D’une manière générale, l’état écologique des cours d’eau est bon à moyen sur l’Orb et les affluents amont. Le paramètre limitant est généralement la biologie (notamment l’indice poisson dont les résultats sont à relativiser sur les parties amont). Il se dégrade pour plusieurs paramètres physico-chimiques plus en aval.
Les phénomènes d’eutrophisation sur les cours d’eau amont ainsi que sur les affluents aval sont probablement causés par des pollutions liées à des pluies intenses (débordements de réseaux). Cette manifestation montre la fragilité de l’état des cours d’eau concernés et l’impact des dysfonctionnements des systèmes d’assainissement lors des épisodes pluvieux.
La qualité biologique (indice poisson, diatomées et/ou invertébrés) constitue fréquemment un paramètre déclassant de l’état des cours d’eau sur les dernières années, certainement à cause des altérations hydromorphologiques de ces milieux, mais aussi du fait des à-coups de pollution suite à des épisodes pluvieux (dysfonctionnements des réseaux d’eaux usées).
En ce qui concerne la présence de micropolluants sur les eaux superficielles, les principales problématiques identifiées sur le territoire sont la présence de métaux lourds en tête de bassin versant en aval du barrage des monts d’Orb (Arsenic notamment), la présence de HAP en aval de Béziers et de pesticides sur le territoire aval du bassin.
Les contaminations par les pesticides, constatées sur le Vernazobre, l’Orb (à Vieussan et en fermeture de bassin) mais surtout sur le Lirou et le Taurou, sont essentiellement liées à des herbicides utilisés sur la vigne. Les petits bassins versants (Taurou, Lirou, Libron ainsi que l’ensemble des très petits cours d’eau de la partie aval du bassin) sont particulièrement vulnérables vis-à-vis des pollutions diffuses agricoles. Sur ces cours d’eau, il faut relever la présence de pesticides interdits à la vente depuis plusieurs années (diuron, atrazines, dichlorprop). A noter que la présence de pesticides sur ces secteurs aval ne se répercute pas systématiquement sur l’état chimique (certaines molécules n’étant pas prises en compte dans l’évaluation de l’état des eaux superficielles et les seuils étant différents de ceux pris en compte pour les eaux souterraines).

Qualité bactériologique des cours d’eau

Les contrôles sanitaires menés sur 20 sites de baignades du bassin Orb-Libron ainsi que les suivis réalisés dans le cadre du réseau départemental montrent que les secteurs les plus touchés par des contaminations bactériennes sont les linéaires de l’Orb entre la Tour-sur- Orb et Vieussan puis en aval de la confluence avec le Taurou, notamment suite à des périodes pluvieuses. En ce qui concerne les affluents de l’Orb, le Jaur, le Vernazobre et le Lirou montrent aussi de fortes pollutions bactériologiques. Sur le Libron, la qualité bactériologique est moyenne.
Les contrôles sanitaires confirment ces résultats pour le secteur de la Tour sur Orb, la Mare à Saint-Gervais et le Jaur à Olargues.

Etat des plans d’eau

Le réservoir d’Avène (barrage des Monts d’Orb), bien qu’il s’agisse d’un plan d’eau eutrophe (concentration relativement élevée en nutriments), présente un potentiel écologique jugé bon. Son état chimique est aussi qualifié de bon, malgré la présence d’AMPA (métabolite du glyphosate) à de faibles concentrations. La présence d’arsenic est par ailleurs détectée dans les eaux (non prises en compte dans l’évaluation de l’état de la masse d’eau). Le lac du Saut de Vézoles, mésotrophe à eutrophe, présente un potentiel écologique moyen et un état chimique bon.

Qualité des eaux littorales

La masse d’eau côtière « Embouchure de l’Aude – Cap d’Agde » (FRDC02b) est estimée en bon état écologique et chimique (par extrapolation des résultats du programme de surveillance sur la masse d’eau adjacente de caractéristiques sensiblement similaires). Cette masse d’eau comporte deux stations de suivi des réseaux de façade coordonnés par l’Ifremer :
– une station du Réseau national de contrôle microbiologique des zones de production conchylicoles (REMI) à Valras-Beauséjour : niveaux moyens de contamination microbiologique (2008-2010) ;
– une station du Réseau Intégrateurs Biologiques (RINBIO) à Valras : en 2006 de faibles niveaux de contamination par le Zinc et par l’Hexachlorocyclohexane ont été observés. La qualité des eaux de baignade sur les plages du littoral est quant à elle systématiquement bonne sur les dernières années.

Les eaux souterraines

Parmi les 15 stations du programme de surveillance du bassin Rhône-Méditerranée suivies entre 2008 et 2010 sur les aquifères du bassin Orb-Libron, 8 ont présenté un état chimique mauvais, en lien avec la présence de pesticides. Les résultats de ces suivis mettent en évidence que la qualité des eaux souterraines de la partie haute du territoire Orb-Libron, jusqu’aux formations plissées du Haut Minervois, semble préservée ; seule une source à Saint-Géniès-de-Varensal a présenté un état chimique mauvais.
L’état chimique se dégrade plus en aval, du fait de la présence de pesticides au niveau de plusieurs sources et des alluvions de l’Orb et du Libron. La nappe astienne est impactée de façon plus localisée. Remarque : malgré le mauvais état chimique, les eaux souterraines actuellement captées gardent l’aptitude à être exploitées pour la potabilisation. La contamination par les pesticides impacte ainsi de nombreux captages depuis le piémont des massifs montagneux jusqu’à la zone littorale. Depuis 2002, les analyses menées sur 95 captages AEP du territoire ont révélé la présence de pesticides, dont 33 (concernant 23 communes) ayant dépassé la norme relative à la concentration en pesticides des eaux distribuées ; en l’absence de traitement de correction ou de mélange des eaux avec une eau non contaminée, ces niveaux de pollution peuvent générer ponctuellement des non conformités des eaux distribuées. Sont retrouvés le plus fréquemment des triazines (atrazine, simazine, terbuthylazine) et leurs métabolites (ainsi que le diuron). Rappelons que ces molécules sont interdites d’utilisation en France depuis plusieurs années (2003 pour la simazine et l’atrazine, 2004 pour la terbuthylazine, fin 2008 pour le diuron). Elles sont pourtant toujours détectées, à des concentrations parfois très élevées (dans le puits du Mas des Clotals, en nappe de l’Orb, à Murviel-les-Béziers en particulier). Dans ce secteur du bassin versant du Taurou, les risques de contamination sont accentués par la faible perméabilité des terrains et l’absence de zones tampons. Au bilan, il ressort que les captages les plus impactés par la présence de pesticides, et plus particulièrement par les triazines, sont localisés en nappe alluviale de l’Orb (à Cazouls-lès- Béziers et Murviel-lès-Béziers) et du Libron à Lieuran-les-Béziers (notamment le Puits de Bassan et, dans une moindre mesure, le captage des Peyralles).
En ce qui concerne la qualité bactériologique des eaux distribuées pour l’eau potable, les contrôles sanitaires de l’ARS montrent que plus d’un quart des captages AEP présentent une qualité mauvaise ou sont chroniquement contaminés. Il s’agit essentiellement de captages situés sur la partie haute du bassin Orb-Libron.
Les eaux distribuées présentent globalement une bonne qualité vis-à-vis des nitrates. Toutefois, quelques captages ont révélé la présence de nitrates à des concentrations élevées (source de Camprafraud à Ferrières-Poussarou ainsi que plusieurs captages en nappe du Libron et de l’Astien).

Principales pressions vis-à-vis de la qualité des eaux

Les pollutions domestiques

Le territoire Orb-Libron compte actuellement 98 stations d’épuration, pour une capacité épuratoire totale supérieure à 328 000 équivalents-habitants (EH). Les unités de traitement les plus importantes sont celles de Béziers (130 000 EH) ainsi que les stations littorales de Sérignan (53 000 EH) et Portiragnes (30 000 EH).